Vie de prof: une classe démocratique?

Souvent, je dis, À LA BLAGUE ÉVIDEMMENT, que ma classe n’est pas une démocratie, mais bien une dictature.

Il ne peut y avoir qu’un boss et il faut que ce soit l’enseignant.

Bon, ok, c’est un peu plus nuancé que cela, mais je vous explique où je veux en venir.

On a parlé abondamment depuis 48 heures de cet enseignant imbécile, professeur d’histoire à Montréal, qui dans un élan de manque de jugement comme il s’en fait peu, a présenté le vidéo du meurtre et démembrement de Luka Rocca Magnotta (lire le texte de Patrick Lagacé: Petite leçon de meurtre à l’école).

On a appris aussi que ce serait les élèves qui auraient demandé au dit prof de faire jouer le vidéo et que, suite à un vote favorable dans la classe, après avoir hésité, il l’aurait présenté.

C’est ici que rentre en ligne la partie dictature d’une classe. L’enseignant se doit avoir LE dernier mot dans SA classe. Même si 99% des élèves avaient voté pour le visionnement de ce vidéo, c’est lui l’adulte, c’est lui qui doit voir plus loin que le bout de son nez.

Parce qu’un ado, souvent, je ne veux pas généraliser, mais quand même, ça a le jugement un peu tordu. C’est à nous, les adultes, de leur faire entendre raison. Et je suis certain que la justification dans ce cas-ci n’aurait pas été trop longue et compliquée à faire.

L’enseignant est celui qui a été formé pour prendre les décisions dans sa classe, c’est lui qui sait ce qui est bien pour ses élèves, c’est lui qui veut faire progresser ses élèves et qui doit en connaitre les moyens de parvenir à ses fins.

Bien sur, il faut placer les élèves au coeur de leur réussite. Il faut les impliquer dans le cheminement de la classe en fonction de les faire réussir. Mais, il n’en demeure pas moins que l’enseignant doit être le maitre de la classe. D’ailleurs, les enseignants ont longtemps été connus sous ce vocable de maitre.

Après tout, enseigner n’est pas un concours de popularité. C’est bien beau faire plaisir à ses élèves, mais il faut savoir où sont les limites de l’acceptable. Cet enseignant d’histoire vient de comprendre à la dure…

Alors, que préférez-vous? Démocratie ou dictature en classe?

——————————————————————

Mise à jour: jeudi 14 juin – 21h45

L’enseignant en question a été congédié par la commission scolaire.

http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201206/14/01-4535033-lenseignant-qui-a-montre-la-video-de-magnotta-est-congedie.php

Publicités

5 réflexions sur “Vie de prof: une classe démocratique?

  1. Je suis bien d’accord. Le pire c’est qu’il a dit à ses élèves je ne suis pas supposé vous montrer ca. Donc il le savait que ce n’était pas correct mais il l’a faites quand même. Moi je dis alors assume les conséquences de tes actes. C’est comme si tu passes sur une lumière rouge ou ne fait pas ton stop. Tu sais que tu ne dois pas le faire mais si tu le fais quand même et bien assume si une police était sur le coin de la rue et qu’elle t’a vu. Ce n’était pas un prof qui enseignait à des adultes comme à l’université, donc il doit avoir plus de jugement que ses élèves me semble. Sinon aussi bien envoyé des ados données le cours.

  2. Et je rajouterais c’est un cours d’histoire et non un cours comment devenir détectives ou dans le domaine judiciaire.

  3. En secondaire 1, une remplaçante en français nous avait lu les nouvelles érotiques de la section centrale du Hebdo Police (ou un autre quotidien du genre). Un camarade était responsable de surveiller le corridor, le reste du groupe était autour du bureau de l’enseignante, laquelle nous faisait une lecture intimiste et inspirée. On l’avait aimé, cette remplaçante. Mais j’imagine que ça aurait fait tout un scandale si cela était sorti des quatre murs de notre local de classe. Maintenant que j’y pense, je n’ai jamais revu cette enseignante…

  4. Ayant de l’expérience dans la gestion de groupe de jeune (CPE et Milieu scolaire), il est clair que j’ai le dernier choix sur toutes les décisions à prendre. Je suis juge de ce que je crois qui est bien et non. Si je vois qu’une situation permet de faire choisir les enfants, je le fais volontier mais lorsque ce n’est pas le cas, j’utilise mon autorité pour décider, tout en expliquant mon choix le plus possible! Bref, je parlerais d’une démocratie ciblée. Il faut savoir ciblé quand elle peut être possible car si on laisse les jeunes décider de tout, ça va devenir le chaos!

  5. ouff !!! un manque de jugement..épouventable ..qui laissera des traces ! C’est triste ..pour ces enfants l’a..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s