Vie de papa: faire des enfants

Hier soir, je menais deux discussions de front sur Facebook avec deux amis. Comme la vie est drôlement faite, les deux discussions ont tourné autour du même sujet : faire des enfants.

Non pas sur l’éducation, les valeurs que l’on donne à nos enfants, mais plutôt sur la conception proprement dite de ceux-ci.

Le premier m’annonça que sa copine est enceinte de trois mois. Donc, qu’un deuxième enfant viendra agrandir leur famille. Au fil de notre discussion, il m’avoua que ça avait été très long, trois ans, avant que le premier bébé de la famille vienne au monde et que là, un deuxième bébé avait été conçu très rapidement, un peu par surprise même.

La deuxième m’expliqua qu’elle et son copain étaient sur le projet « famille » depuis deux ans et demi sans succès. C’est elle qui m’a suggéré d’écrire ce billet aujourd’hui et comme je ne dis jamais non à une bonne idée de billet, me voici en train de vous parler de fertilité!

Dans notre cas, à Cynthia et moi, nous avons été chanceux. Que ce soit pour Charles-Antoine ou pour bébé #2, nous n’avons jamais eu à attendre plus de deux mois avant de finalement apprendre la bonne nouvelle. Je ne peux donc pas parler en connaissance de cause de l’angoisse et la déception que doivent vivre les couples qui attendent un résultat positif chaque mois.

Chaque fois, j’imagine que ce doit être l’équivalent d’un petit deuil à vivre. On abandonne tranquillement l’idée de former une famille avec la personne que l’on aime. Plus les mois passent, plus les résultats négatifs s’enchainent, plus ça doit être dur sur le moral et sur le couple aussi, il ne faut pas se le cacher.

J’ai entendu plusieurs belles, mais aussi certaines histoires désolantes autour de moi.

Un ami, qui ne pensait jamais pouvoir vivre la joie de la paternité, après sept ans à « essayer », a finalement vécu cette joie ultime ce printemps après tant d’année d’effort et de découragement.

Une autre amie, après plusieurs tentatives, n’est finalement plus avec son copain. Les déceptions engendrées ayant finalement eu, entre autres, raison de leur couple.

Des histoires de la sorte, il y en a des tonnes. Parfois, on y retrouve un « happy ending ». D’autres fois, les choses ne tournent pas comme on le voudrait. C’est aussi ça la vie!

Est-ce que j’ai un conseil à donner à toutes ces personnes qui tentent par tous les moyens de faire un enfant? Je ne sais trop. Je ne veux pas être moralisateur, ni donner de faux espoir à personne ni être trop optimiste.

Dans la vie, on doit parfois être patient pour obtenir ce que l’on désire. Parfois, la nature nous joue des tours.

Mais, je souhaite de tout coeur à tous ces couples qui tentent de former une famille de ne pas se décourager, de regarder vers l’avant et que votre souhait de fonder une famille se réalise. C’est la plus belle chose au monde que d’être père ou mère, que d’être une famille.

Et, dans le pire des cas, j’offrirai mes services! Je fais quand même de beaux bébés! C’est une petite blague bien sûr!

Publicités

10 réflexions sur “Vie de papa: faire des enfants

  1. moi, je n’ai eu aucun problème pour avoir mes enfants, un mois si je décide que je veux un enfant, et bien je tombe enceinte automatiquement… mais j’aimerais dire un gros bonne chance à ceux qui vivent ce genre de situation!!!

  2. J’ai connu ce genre de situation……. une première fois où, au même moment que j’apprenais être enceinte de 14 semaines, j’apprenais à la fois que j’étais en train de le perdre! C’est une drôle de sensation…… étonnement, car ce n’était pas du tout prévu….. une belle grosse surprise inattendue….. et déception, car la surprise s’en allait par elle-même……. Ensuite, le bonheur a sonné à notre porte un jour où nous avions réellement pris la décision de fonder une famille…….. après 12 semaines de grossesse, j’apprenais que ce bonheur devait se terminer par 2 injections pour faire mourir le foetus, car il était malheureusement dans une trompe…… Puis, un jour….. où nous avions complètement mis ce projet en « oubli »……. surprise! À 6 semaines de grossesse, pas de risque à prendre…. échographie immédiatement………. oh, mais quelle surprise…….. ils sont 2 petits chérubins dans mon p’tit bedon!!!!!! Là aussi, tu vis de drôles d’émotions….. joie, étonnement, peur, angoisse et retour à la joie…….. ça tourne vite dans la tête et dans le coeur!!!!!! Une chose est certaine, quand tu passes par ces événements, tu es davantage « suivie » par les médecins……. et nous, à cette grossesse….. nous avons eu droit à d’autres petites surprises de la vie……… nos 2 tourtereaux en pleine croissance…… se sont séparés en cours de route…….. c’est triste…… c’est vrai…….. mais aujourd’hui, nous avons un p’tit samouraï en pleine santé…… rempli de joie…… et il est notre rayon de soleil! Je souhaite également de tout coeur à tous ceux qui désirent fonder une famille de concrétiser ce rêve…….. peu importe les obstacles….. même si c’est difficile…. décevant….. il faut foncer et garder espoir!

  3. Etant sur le point de terminer l’école et de parler futur avec mon conjoint, j’espère que tout ira bien pour mes futurs grossesses. Ma soeur qui est plus jeune que moi vient tout juste d’apprendre quelle est de nouveau enceinte. Elle a perdu le premier car elle a manquer de suivi avec son premier medecin et avant que tout ce règle il a fallu plusieurs aller retour chez le medecin. très triste de savoir que ma soeur passe par la et surtout quelle en a presque fait un infection avec que le super (ce nest pas sarcastique) médecin de l’urgence réagisse.
    toute sa pour terminer en disant, que je souhaite a toute les futurs parents désirant un enfant vivre ce bonheur même si sa peu prendre du temps il ne faut jamais baisser les bras. 🙂

  4. J’ai vécu l’infertilité : les nombreux traitements et rendez-vous, la médication, la chirurgie, les déceptions, l’isolement. J’ai même fait une dépression majeure. Mathieu est maintenant dans nos vies depuis près de 3 ans. Il nous comble de bonheur et nous donne de belles leçons de vie!

    Bien que nous ayons décidé de ne pas répéter l’expérience, nous n’avons aucun regrets. Ca vallait amplement la peine. Et qui sait, peut-être la nature nous jouera un tour :-).

    Or, j’ai constaté à quel point l’infertilité est un sujet tabou pour beaucoup de gens, tout comme le deuil périnatal d’ailleurs.

  5. Ayant appris il y a 4 ans que j’avais le syndrome de Stein-Leventhal, ou « ovaires polykystiques (SOPK), je ne croyais pas pouvoir tomber enceinte sauf en prenant de la médication. Mon médecin m’a donné quelques trucs (ex. : perdre du poids, etc.) Je me suis donc mise à Kilo Cardio avec mon conjoint pour se remettre en forme et manger mieux. Nous n’avions pas l’intention d’avoir un bébé, pas tout de suite entouca. Bref, ce n’était pas dans nos plans à court terme. L’an dernier, j’ai du me rendre aux USA et durant le voyage et à mon retour, j’étais malade (nausées, fatigue extrême). Pour moi j’étais certaine d’avoir mangé ou bu quelque chose qui ne m’allait pas. En revenant de là, j’ai du aller à l’urgence pour me faire annoncer à 6h le matin que j’étais enceinte. Un choc. Une bonne nouvelle. Tout en même temps… en plus, j’étais seule, sur une civière dans un passage, mon conjoint étant aux USA pour le travail. J’ai du lui apprendre le tout par téléphone. Le pire c’est que j’étais enceinte de 9 semaines… imaginez. J’ai eu une grossesse super, sauf pour les nausées du début à la fin, non stop, jusqu’au moment d’accoucher. Théo est donc un bébé miracle, un bébé surprise. Il a maintenant 9 mois et il est notre amour, notre rayon de soleil.

    Un conseil : ne lâchez pas. On ne sait jamais ce que la vie nous réserve. Pour ma part, je ne sais même pas, si un jour je pourrai retomber enceinte à cause du syndrome. Nous profitons donc de Théo ! 😉

  6. Moi j’ai juste à penser que je veux tomber enceinte et ses fait. Mais à mon dernier qui est mon quatrième on à commencer à s’essayer en avril et sa ne pognais pas alors j’en ai parler à mon médecin et il ma dit sa toujours très vite fonctionner auparavant et alors pour celui-ci il ma dit COMMENCE PAR FAIRE L’AMOUR OU LIEU D’UN BÉBÉ et au mois de novembre j’ai sue que j’étais enceinte alors des fois trop de pression je crois que sa n’aide pas. Je souhaite bonne chance à tous ceux qui s’essait…

  7. Je suis une enfant née de « l’impossible ». Pendant longtemps, mes parents ont essayé d’avoir un enfant, sans trop de succès. Examens des deux côtés, tout semble normal, mais il n’y a toujours pas de bébé en vue. Après un certain temps, mes parents se sont résignés et ont dit: « Ben si on n’est pas dû pour avoir des enfants, on aimera ceux des autres ». C’était à Noël 1980. Quelque part dans l’hiver qui a suivi, ma mère a appris qu’elle était finalement enceinte! Pour mon frère, ça semble avoir été un peu plus facile (on a 23 mois de différence). Alors le truc selon ma mère (tellement plus facile à dire qu’à faire), c’est de lâcher prise. Mais pour quelqu’un qui souhaite ardemment un enfant, c’est difficile de lâcher prise comme eux l’ont fait. Beau dire « on arrête d’y penser », mais quand on en veut réellement, ça doit toujours trotter dans la tête quelque part. Pourtant, c’est exactement là que la conception fonctionne, quand on ne l’attendait plus. Comme ceux qui se résignent à adopter et qui finalement conçoivent de façon naturelle. Ils ont « oublié » qu’ils voulaient absolument en avoir un, et je ne sais pas, ça enlève une forme de pression et ça finit par fonctionner… ça doit entrer dans les mystères de la vie j’imagine.

  8. bon courage a tous ce qui on des difficultés a faire des petits bebe ca doit pas etre facile a gérer ca c’est sur….et encore on vois ta générosité francois a parler de ca et en plus a proposer tes services!!mdrrrr

  9. Oufff ce billet me touche droit au coeur….
    Cela fait 2 ans et demi que nous essayons de fonder une petite famille. Il y a quelques mois, j’ai décidé d’arrêter le processus en clinique de ferlité et la prise d’hormones. Je voulais mettre une pause sur ce lot de déceptions mois après mois. J’étais épuisée psychologiquement…j’en pouvais plus d’avoir de la peine et de penser juste à ça. Je voulais  »essayer » de faire le vide et de penser à moi et à mon couple. Les gens qui disent  »pense s’y pas..ça va arriver… COMMENT FAIS-TU POUR NE PAS Y PENSER QUAND TU DOIS PRENDRE DES HORMONES DU JOUR 3 AU JOUR 7 DE TON CYCLE ET QUE TU DOIS FAIRE L’AMOUR DU JOUR 13 AU JOUR 21….IMPOSSIBLE (entk pour moi). C’est pour ces raisons que j’ai décidé de prendre une pause pendant quelques mois et de PENSER À MOI. Je me suis remise à faire de l’activité physique quotidiennement et à mieux m’alimenter. Je veux tout d’abord être bien avec qui je suis…de cette manière, peut-être qu’un petit ange viendra me rendre visite si ça maman est s’aime.

    Je souhaite à tous les couples qui veulent connaître ce bonheur, la meilleure des chances. Il faut garder ESPOIR. C’est mon mot d’ordre depuis le début.
    xxxxxxx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s